Angel_Dominique-Pièce_supplémentaire_2

Adrien Menu

Adrien Menu, "Dialogue distendu", 2018
bois, acier, plâtre, plastique, bronze, alu, leds, résine
460 x 320 x 144 cm

Né en 1991 à Saint-Rémy
Vit et travaille à Marseille

Il est diplômé de la Villa Arson, école nationale supérieure d’art de Nice en 2016.

"Le travail d’Adrien Menu semble suivre deux principales lignes directrices. La première pourrait être qualifiée de structurelle : manipulant des barres en acier, des parpaings (ici reproduits en une fine couche de plâtre) et d’autres matériaux associés à l’univers du bâtiment, le jeune artiste érige des espaces dont les caractéristiques évoquent des sites industriels où se seraient développés des activités inconnues. La seconde, plus proprement sculpturale, consiste à extraire de leur champ d’usage habituel des éléments standards comme un évier, un matelas, de la bâche en plastique ou des canettes de soda qui, bien que sont légèrement modifiés ou greffés à d’autres supports, restent cependant facilement identifiables. Les environnements d’Adrien Menu, s’ils ne sont pas directement fonctionnels, possèdent donc quelque chose d’immanquablement familier pour quiconque aura déjà appréhendé la curieuse atmosphère d’une usine désaffectée ou d’un garage abandonné [...].

Dans un échange avec l’artiste en amont de l’écriture de ce texte, celui-ci explique qu’il envisage son travail à la manière d’un "virus silencieux (...), où circuleraient certains symptômes comme le ralenti, le retrait, l’inactivité.". Le clignotement des LED, les morceaux de matières arrachés par certains moulages ou encore la diffusion des messages "indésirables", soigneusement prélevés des spams de sa boîte mail véhiculent à leur tour cette idée d’une propagation continue de messages malades. L’installation porte ainsi en elle les stigmates d’une mécanique infectée, d’une diffusion du mal qui viendrait paralyser la productivité de machines, de corps, comme englouties par une sédimentation de matières ou par la mise en veille de leur activité. Il faut alors signaler que ce travail, en assumant son besoin de représentation, finit par développer un parti-pris ouvertement politique. La présence indicielle, presque imperceptible, des corps qui parsèment l’espace d’exposition rend cette problématique plus tangible, agissant comme un contrepoint aux conséquences d’actes dérégulés exercés par la fameuse "main invisible". On se demandera alors si dans cette "nuit sauvée", où la circulation de l’information et les décisions économiques portent en elles les plaies d’une idéologie contaminée, ne résonne pas déjà la rumeur d’un monde asphyxié par sa propre exploitation."

Franck Balland

LIENS

GALERIE

POUR ALLER PLUS LOIN

1908-Ford-Model-T.jpg
Sud magnétique
Exposition collective
14 février – 13 avril 2019
1908-Ford-Model-T.jpg
1908-Ford-Model-T.jpg