Clara Nebinger

Archéologie, 2020
Acrylique et bombe sur toile
99 x 150 cm

Née en 1995 à Dreux
Vit et travaille à Marseille

Après avoir étudié pendant deux ans en classe préparatoire littéraire Hypokhâgne-Khâgne, Spécialité Théâtre, Clara Nebinger valide une licence en Arts du spectacle à l’Université Lumière Lyon II. Elle intègre ensuite l’École Nationale Supérieure d’Arts de Dijon où elle obtient son DNA avec mention en 2018. Elle poursuit ses études à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes d’où elle sort diplômée d’un DNSEP avec les félicitations en juin dernier.

"Qu'est-ce que le paysage, voilà une question qui se pose, se retire, s'ajoute et puis s'étire sur l'espace de mes peintures. Cet intérêt pour le monde extérieur c’est un intérêt pour le territoire de notre société. Avec une volonté de représenter la complexité du paysage, qui est à la fois terreau de l'imagination et miroir déformant - ou déformé - de la réalité de l'état de notre société.

Mes peintures se construisent comme un mouvement géologique où les strates de sens s'interpénètrent. Le minéral lui-même n'étant jamais complètement immobile, il y a dans mon travail des gestes picturaux qui viennent perturber la structure a priori figurative et stable du monde. Le corps modifie le paysage, tout comme le moment de la peinture modifie cette dernière. C'est un regard décomposé que je pose sur nos paysages contemporains et sur la perception que l'on en a. C'est une perception de loin qui se rapproche si près qu'elle perd son équilibre structurel. Elle n'a pas d'attache car elle se déplace à travers la toile.

Les gestes se rencontrent et se séparent, reproduisant la danse rythmique d’un paysage qui se forme et se déforme à travers notre corps. C'est la question du mouvement qui émerge de mes représentations. Des lignes passent, comme des mémoires d'un regard mobile. La logique de perception contemporaine de paysage est une logique de la traversée. C'est par effet de superpositions que les formes et les couleurs dialoguent entre elles dans mes compositions. Ce qui est devant passe derrière, une ligne révèle l'opacité d'une forme, la couleur se reflète, elle intervient comme un rappel à l'opposé de
sa source.

Parce que mes compositions répondent à une perception qui se meut, la peinture répond de moins en moins au besoin de l’image. Car la peinture, avant d'apparaître, répond au besoin vital d'appartenance au monde, en se confrontant aux limites de l’expression la peinture cherche, étudie et interprète le monde qui nous entoure. En cela la peinture est une manifestation, qui se déploie et se replie comme un organe vivant dont l'emprise qu’il a sur le corps qu'il habite vient se cogner au réel de l'autre. Le paysage est l'organe esthétique de la terre, ou plutôt l'homme en a fait une esthétique, mais avant ce regard, le paysage c'est la naissance du monde.

Voilà des lieux mélangés, des paysages traversés et modifiés qui fondent le mouvement initial du geste pictural. Le paysage est présent mais il échappe toujours en partie à l’entendement. C'est un ouvert des possibles."

Propos tirés du portfolio de l'artiste, 2021

LIENS

GALERIE

POUR ALLER PLUS LOIN

1908-Ford-Model-T.jpg
[résidence]
Clara Nebinger
18 novembre 2020 - 8 janvier 2021

@ : info(at)videochroniques.org

Tel : +33(0)9 60 44 25 58

1 place de Lorette

13002 Marseille

f_logo_RGB-Black_250.png
logo-instagram-noir.png

Partenaires financiers

Média partenaire

Vidéochroniques est membre

du réseau Provence Art Contemporain

https://p-a-c.fr/

© vidéochroniques 2019-2020