vidéochroniques

L'association

Vidéochroniques est une association sans but lucratif créée en 1989, implantée à Marseille. Elle organise des expositions et des projections, accueille des artistes en résidence et dispose d’importantes ressources documentaires dans le domaine de la vidéo d’artistes et plus largement dans celui de l’art contemporain. Elle travaille avec un réseau local, national et international de partenaires : associations, festivals, distributeurs, diffuseurs, galeries, lieux d’exposition institutionnels, écoles d’art, etc.
 

L’association avait initialement pour vocation de promouvoir les divers usages d’un médium spécifique – la vidéo – encore émergeants à l’époque de sa création, dans le contexte de l’art et de la culture. À partir de la fin des années quatre-vingt-dix, sous l’impulsion d’une partie de ses membres et d’une nouvelle direction, l’objet éditorial de la structure s’est ancré plus explicitement dans le champ de l’art contemporain. Depuis 2008 elle dispose d’un espace de monstration de 400 m² dans le quartier historique du Panier qui a donné lieu à la réalisation d’une trentaine d’expositions (individuelles et collectives), le plus souvent accompagnées de résidences préalables.

La réflexion aujourd’hui poursuivie par Vidéochroniques, basée sur une démarche prospective, s’appuie sur des éléments de programmation divers par leur nature et leur forme, qui témoignent de la pluralité des propositions formulées par les artistes et de la diversité des supports, médiums et outils dont ils font désormais usage. L’association s’attache plus précisément à mettre en lumière des œuvres exigeantes, rares ou méconnues, qu’elles soient émergentes ou accomplies, dont les qualités échappent aujourd’hui aux repérages des systèmes marchand et institutionnel. Hormis les expositions personnelles et collectives, d’autres propositions, comme des concerts, des performances, ou des séances de projection (vidéos d’artistes, films expérimentaux, documentaires de création, cinéma underground)... complètent occasionnellement l’éventail des formes mises en œuvre.
 

Présidé par l’historien d’art Fabien Faure, le conseil d’administration de l’association est constitué de personnalités diverses, aux activités et compétences complémentaires (artiste, programmateur cinéma, juriste, enseignant, chercheur...). Sa direction artistique est assurée depuis 1999 par Édouard Monnet, artiste, musicien et commissaire d’exposition. Il enseigne à l’École Supérieure d’Art de Toulon (histoire de la vidéo et des pratiques sonores, théorie de l’image).

CONSEIL D'ADMINISTRATION

Président : Fabien Faure
Trésorier : Ian Simms
Secrétaire : Olivier Millagou

 

Autres membres :
Susanne Hetzel
Olivier Pierre

Jean-Marc Réol
Vincent Schneegans
Jean-Baptiste Warluzel

PARTENAIRES FINANCIERS

 

​Édouard Monnet

Directeur et commissaire des expositions

Thibaut Aymonin

Chargé de la communication, des publics et de la médiation

Antoine Bondu

Chargé de la régie des expositions et de la logistique

1200px-Ville_de_Marseille_(logo) NB.png

EQUIPE

Photos-Archives1.jpg
4-logoCDNoir.jpg

RESEAUX

 


Vidéochroniques est membre du réseau Provence Art Contemporain.

Le lieu

Avant d'abriter l'association Vidéochroniques, l'imposant bâtiment situé au 1 place de Lorette s'est vu attribué différentes fonctions, de menuiserie à ébénisterie, où de nombreux artisans se sont succédés.

 

Au XIXème siècle, la place de Lorette et ses rues adjacentes étaient surtout réputées pour abriter des maisons closes et des organisations criminels. Le fonctionnement particulier du quartier du Panier n'a permis de débuter un travail d'archive de la part de la ville de Marseille qu'à partir des années 1940. On trouve ainsi la trace d'une entreprise de menuiserie et charpentage marseillais occupant le bâtiment, dont l'adresse n'est temporairement plus 1 place de Lorette mais 1 place de la fraternité. Le changement du nom de la place est resté effectif pendant près de dix ans avant de retrouver son nom d'origine dans les années 1950 pour des raisons inconnues.

 

En 1950, l'entreprise "Menuiserie et charpentes marseillaises" devient la "Société d’ébénisterie et de décoration". Elle le demeurera jusqu'en 1979, date à laquelle elle devient "S.E.D ébénisterie et décoration". Suite à une liquidation judiciaire en 1994, l'entreprise quitte les lieux et l'espace reste vacant. Il est alors laissé à l'abandon puis racheté par la ville de Marseille en 2000 qui le dédie à un ensemble d'activités culturelles en mettant les différents espace à disposition d'associations (Les Rencontres place publique, Ateliers Lorette, Marseille expos - Provence Art contemporain, Vidéochroniques, etc.)

Vue des locaux de Vidéochroniques anciennement une menuiserie, extrait du film "Borsalino & co", 197
Vue des locaux de Vidéochroniques anciennement une menuiserie, extrait du film "Borsalino & co", 197

Travaux dans les locaux place de Lorette
Travaux dans les locaux place de Lorette

Travaux dans les locaux place de Lorette
Travaux dans les locaux place de Lorette

Vue des locaux de Vidéochroniques anciennement une menuiserie, extrait du film "Borsalino & co", 197
Vue des locaux de Vidéochroniques anciennement une menuiserie, extrait du film "Borsalino & co", 197

1/6